L’essor des SPAS et des centres de bien-être [partie 1]

Fuir le stress et lâcher prise, la recherche du bien être n’est plus réservé à une élite.

La France est le deuxième marché du SPA en Europe avec plus de 2000 établissements dans les hôtels, les campings ou chez soi, le SPA est partout. Les cures bien être, détox, massage représentent 15% des dépenses touristiques alors qu’elle étaient quasi inexistantes il y a 10 ans.

Les SPAS et centre de soins, un secteur en plein boom

Les SPAS sont des investissements qui servent à se démarquer de la concurrence : aujourd’hui, il faut apporter quelque chose de supplémentaire à la chambre d’hôtel. Il s’agit d’un investissement important, qui peut parfois mettre à mal la santé financière d’un établissement.

Les SPAS et centres de bien être peuvent proposer des cures personnalisées : détox digitale, arrêt du tabac, perte de poids, musculation, alimentation, massages spécifiques … L’offre est modulable. Elle peut aussi inclure des offres d’hôtellerie restauration.  De plus, des professionnels de santés peuvent aussi intervenir comme des diététiciens, des physiothérapeutes, des kinésithérapeutes, des naturopathes … Il s’agit d’un secteur qui peut regrouper de nombreux secteurs d’activité.

Certains particuliers et chambres d’hôtes font de plus en plus le choix d’investir dans un SPA.

Massages, détox, diététique ou encore soins médicaux, comment les établissements de bien-être sont-ils contrôlés ? 

Avec un groupement  de plus de 200 établissements, le réseau SPAS DE FRANCE est le 1er groupement de France de centres de bien-être et beauté, engagés autour de la qualité, de l’éthique et du service à la clientèle. L’ensemble des établissements mis en avant ont été  audités et sélectionnés pour la qualité de leurs prestations et de leurs installations. Afin de travailler dans un SPA, il faut à minima un CAP esthéticienne, mais pour le massage, la plupart des personnes se forment en travaillant.

Il y a des points obligatoires pour obtenir le label SPA de France comme des vestiaires ou un personnel qualifié. Certains établissements ont tendance à utiliser des stagiaires; souvent les centres proposant des offres bradées utilisent ces personnels. Il faut donc se méfier des prix trop attractifs. Chaque centre est classé par un nombre de fleurs de lotus (de 3 à 5).

 

Hygiène ou encore équipements, quels sont les risques pour les consommateurs lorsque l’établissement n’est pas contrôlé ?

Il y a aujourd’hui un vide juridique autour du terme SPA : tout le monde peut l’utiliser. C’est pourquoi on peut avoir de très bonnes surprises et de très mauvaises. De plus, de nombreuses chambres d’hôte ne déclarent pas leur activité aux autorités sanitaires. Dans ces types d’établissement, des bains bouillonnants sont souvent installés, aussi, l’eau n’est pas toujours analysée chaque mois. Sans le savoir, les clients courent des risques : problèmes de peau, staphylocoques … Les établissements de SPA certifiés payent pour avoir des contrôles chaque mois, tandis que d’autres établissements ne le font pas ce qui peut engendrer des dérives.